Recherche  

Le besoin d'énergie : où la trouver?

La démarche créative consomme de l'énergie affective et intellectuelle. Il faut se battre contre la force d'inertie  : les anciennes manières de résoudre le problème donnent aux information une force de cohésion, les différents éléments du problèmes sont coagulés entre eux ;

la viscosité créativité jugement  : nous sommes habitués, à juste titre, à évaluer, juger, chacune de nos idées. Or le critère distinctif des individus créatifs (selon Rorschach) est « la faculté d'éliminer de manière plus ou moins active, pour un certain temps le souci d'évaluer l'adaptation au réel »  ;

l e risque intellectuel  : risque de paraître ridicule, risque d'échec, risque de se tromper ; l'attitude d'expert, trop confiant dans ses certitudes professionnelles. « Je dois ma découverte, raconte Graham Bell, à mon ignorance de l'électricité ».

Les créateurs individuels, les personnalités exceptionnelles, mobilisent de l'énergie, en fonction de leur tempérament : dans des situations de forte angoisse, ou de grand enthousiasme, d'exaltation amoureuse, ou en fonction de l'attrait d'un gain élevé, ou par suite d'une configuration névrotique. Parfois ils se font aider par des stimulants artificiels.

Dans la vie courante, (l'école, l'entreprise, la commune), pour permettre à chacun d'être plus facilement créateur, il faut trouver des moyens simples de mobiliser son énergie.

D'où peut-elle venir ?

L'un des moyens pratiques de mobiliser l'énergie créative, c'est la dynamique d'un groupe :

  • un groupe entraîné (une formation de base est nécessaire) ;
  • un groupe qui pratique souvent les techniques de créativité ;
  • un groupe dans le quel règne un certain climat : une bonne communication, un accord sur les objectifs (tout le monde est là pour créer, non pour discuter) ;
  • une animation permissive et stimulante.